• 2, 3 jours à Paris (bis)

    « Mais quand ressurgit l'imprévu

    Comme un coup de pied au cul

    C'est là que la fête est foutue

    Et qu'on se sent tout nu »

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    « Encore », Mick est tout seul

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    « On se dit oui, se dit non,

    On se pose des questions [...]

    On se réveille un matin

    On a du sang sur les mains

    On ne se souvient plus de rien

    On a juste du chagrin... »

    <o:p> </o:p>

    « Où sont passés les rêves », Mick est tout seul

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    TGV. Ciel bleu et soleil. Album « Tout le monde est fatigué » du Fils de Jack. Ça me rappelle de bons souvenirs de concerts ça...

    Petit dodo par intermittence.

    Je rouvre les yeux, avec « La première fois » de Tryo/Les Ogres Barback dans les oreilles. Il fait gris. J'ai froid. Des souvenirs ressurgissent, en accord avec la chanson. Esquisse d'un sourire lors de l'intervention de Danielito à la fin du morceau.

    Le paysage est plat au dehors.

    <o:p> </o:p><o:p></o:p> 

    Je ne veux plus me rendormir, malgré la migraine et la fatigue de cette angoisse, et de cette trop courte nuit, aussi. Pourtant, le rythme du train me berce...

    Mick est tout seul et Cyrz dans mes conduits auditifs, je re-sombre...

    <o:p> </o:p><o:p></o:p> 

    A quelques minutes de l'arrivée à Paris, je rouvre les yeux.  Il fait beau ; le soleil ne joue pas à cache-cache avec les nuages. L'excitation grandit. J'ouvre grands les yeux, et balade mon regard de part et d'autre des fenêtres du TGV. Essayant de reconnaître un bâtiment, de mémoriser un tag intéressant... J'aime prendre des photos dans ma tête ; clic, clic, un panneau, un avion dans le ciel, un bâtiment moderne et vitré accolé à un autre vieux de peut être un siècle, une personne endormie devant la vitre, le paysage filant derrière elle...

     

    On arrive avec 20 minutes de retard. Un arrêt prolongé à la sortie de Lyon. Je descend du train, et me voici plongée dans la vie parisienne... La foule, le bruit, l'agitation. Et un visage ami. Cécile, amie depuis un concert des Mickey 3D à Grenoble en 2005. Puis un deuxième. Christophe. Le « grand manitou », même s'il aime pas qu'on l'appelle comme ça ^^

     

    Détour par la Fnac de Châtelet, pour récupérer ma place, après quelques frayeurs, puis direction l'hôtel pour rejoindre Val de Lille, ses deux enfants et Laura. Ça fait bizarre de voir des gens jamais vus en vrai...  mais bizarre dans le bon sens. Ça fait plaisir de pouvoir mettre un vrai visage, et pas une photo, sur un pseudo, des discussions, des échanges.

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p></o:p> 

    On pose les affaires dans cette auberge de jeunesse très sympa, avec vue sur le Sacré Cœur, petite terrasse, ambiance conviviale, avec plein de jeunes anglais, espagnols, italiens et j'en passe...

     

    Après un passage vers Pigalle pour  trouver un distributeur, on va repérer les lieux du concert. On s'arrête au passage pour manger un bout, et on découvre les arènes. Petit « théâtre » avec gradins en pierres, pas très grand. La scène est assez éloignée du premier rang , où on trouve naturellement notre place. Le concert doit commencer à 19h30, on a donc une bonne demie heure devant nous pour papoter. Vu le matos mis en place, c'est Cyrz qui ouvrira le bal. En effet, 40 minutes plus tard, le drômois nous enchante de sa douce voix, avec toujours ces textes si finement écrits, avec juste la dose de mélancolie qu'il faut, adoucie par une pointe d'ironie. Il fera de nombreuses apartés avec le public, et fera de nouveau venir sur scène un garçon timide, pour mimer la chanson « Gutenberg ». Et là, pour le coup, on aura affaire à un GRAND timide, qui ne mimera RIEN de la chanson... Dommage.

    Le set sera court, car 40 minutes plus tard, Cyrz salue le public et laisse sa place à H Burns.

     

    Rapide changement de plateau, et H Burns arrive pour nous entraîner dans son délicieux monde folk. Sa voix me surprendra toujours...  Elle envoûte et nous embarque loin, très loin de là où on se trouve. Il nous offre un inédit, de la même veine que les morceaux de son album. Le garçon est timide et communique peu avec le public. Mais sa musique et sa voix font le reste... Trois quarts d'heure plus tard, il quitte la scène.

     

    Des personnes de l'organisation font une petite intervention, pour dire qu'il y a des t-shirts gratuits à l'entrée pour ceux qui ont froid... C'est vrai que ça caille sévère là...

     

    On entend quelques applaudissements, on remonte vite à nos places, Mick prend sa guitare faite sur mesure et commence son set après les civilités de rigueur.

    Plusieurs « chansons perdues » de son répertoire seront jouées, plus quelques inédits, comme sur la déprimante ville de « Montluçon » (désolée pour ceux qui aiment...) et une autre sur Condoleezza Rice. Quelques résidus de Mickey 3D avec « Le goût du citron », « Mimoun », et « Chanson de rien du tout »... Ma préférée, « Où sont passés les rêves », avec une œillade ironique à Sarko...

     

    Et puis... 1er tiers du concert. Les lumières de la scène éclairent un peu + le public. Mick s'apprête à entamer le morceau suivant. Mains sur la guitare, il prépare son accord. Ses yeux croisent mon regard.

     

     

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p></o:p>  -Mais t'es là toi ?

    -Ben oui.... (rouge et morte de rire)

    -Mais tu viens d'où ? De Saint Etienne là ?

    -Oui, comme d'habitude quoi...

    -Mais pourquoi ?

    -Ben pour te voir !!

    Rire général.

    Confusion et intimidation pour moi. Et un sentiment de gratitude immense.

    <o:p> </o:p><o:p></o:p> <o:p> </o:p>

    Des gens crient :

    -Nous on vient de Guérande !

    -Guérande ? Mais c'est loin ça ! C'est où ? En Bretagne non ? Vers le sel ?

    -Oué c'est ça !

    -Mais vous habitez là-bas ?

    -Non on est sur Paris maintenant...

    -Ah... Ralala... Y'a des gens formidables...

     

    <o:p> </o:p>

    Formidablement humains oui.

    Comme toi, Mick.

    Merci ^^

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p><o:p></o:p> 

     

     

    1 Heure de concert, ça passe vite. TROP vite. Mais heureusement il y a les « après concerts » ^^. Moments d'attente, de rires, de gigotages pour avoir moins froid, de suppositions, de préparation de questions aussi, un peu. Puis Cyrz vient nous faire un ptit coucou et discuter quelques minutes avec nous. J'en profite pour savoir pourquoi il remercie les Unco dans son livret.... C'est dingue comme le monde est petit... Puis Mick arrive, tout en décontraction comme d'habitude. Bise à tout le monde. Quelques questions, quelques réponses, des rires, du partage, un cadeau.... Et il faut déjà repartir... Un coucou et des félicitations à H Burns qui part aussi comme nous, et nous revoilà dans la rue. On ne rentre pas tous à l'Hôtel... Dur moment des au revoirs, certaines soirées passent beaucoup trop vite...

    Christophe s'en va chez lui, et nous reprenons le chemin de l'hôtel, encore euphoriques. Le Sacré-cœur, à moitié caché par des arbres, est illuminé. C'est chouette, avec les lampadaires de la terrasse. La nuit sera courte. Mais bénéfique.

    <o:p> </o:p><o:p></o:p> 

    Le lendemain, après un bon petit dej, c'est au tour de Laura de nous quitter la première. Je sers de guide pour visiter le Sacré Cœur et la butte Montmartre.

     

    <o:p> </o:p>

    Église du Sacré Cœur.

    J'observe les visages des gens ; on peut y lire tant de sentiments différents...

    Il y a les touristes. Ceux qui regardent juste pour voir, d'autres pour admirer l'architecture, les statues, les mosaïques, les peintures.

    Les croyants. Parfois touristes, aussi. La ferveur illuminant leur visage en pleine prière, le regard tourné vers une statue de la Vierge ou du Christ en croix. Leurs sourires dans leurs prières. Comme coupés du monde.

    Cet apparent « bonheur » dans leur croyance.

    Ça m'a beaucoup étonnée.

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    Je commence à prendre les gens en photos. Des inconnus. Ayant un style particulier, un attitude particulière, un regard absent, rêveur, souriant, triste.

    <o:p> </o:p>

    Des musiciens, des touristes, des enfants, des vieux, des adultes, des couples, des gens seuls, ... C'est comme si je pouvais « m'immiscer » un moment dans leur vie.

    <o:p> </o:p><o:p> </o:p>

    Après notre tour à la butte Montmartre, je rejoins Manguy pour une excursion parisienne et... gastronomique ^^. Visite des alentours de Châtelet, discuts, magasins, découverte d'un Starbucks, rires, bons souvenirs... Et TGV.

    Le ciel se couvre, le soleil se couche derrière une épaisse couche de nuages. J'suis un peu mélancolique. Crevée aussi. J'essaye de dormir mais je n'y arrive pas. Les souvenirs se pressent dans ma tête, alors j'enclenche mon cinéma intérieur avec plaisir. Ça me fait passer le temps. Arrivée à Lyon, il mouillanche. Temps déprimant d'un dimanche soir tristounet. Après un si bon WE, c'est dur de revenir à la réalité.

     

     

    <o:p> </o:p>

    N'empêche. J'ai des souvenirs pour me tenir chaud, maintenant. J'vais essayer de pas les effilocher, eux. Des si jolis, ce serait dommage.

     

     

     
     

    Les photos :  http://s206.photobucket.com/albums/bb36/Lujena/Arenes%20de%20Montmartre/

     

     

  • Commentaires

    1
    "Tim"
    Mercredi 26 Septembre 2007 à 17:17
    la suite pour bientôt?
    Un petit wee comme on les aime.. Trop court au demeurant mais généreux et chaleureux. Et c'est là que les batteries se rechargent, que les sourires et les regards réchauffent notre intérieur. Ces/tes mots nous transportent nous aussi au travers de ce we parisien, comme si nous étions juste à tes côtés, juste avec toi pour partager et prolonger ces doux moments. Kissss
    2
    Mercredi 26 Septembre 2007 à 18:10
    ^^
    Contente d'avoir pu "t'embarquer" avec mes modestes phrases... :))
    3
    Ginger le choux fleu
    Mercredi 26 Septembre 2007 à 18:51
    Mick bat des oreilles et tu décoleras !
    Cool ton week end with Mickey les grandes oreilles. T'as raison garde ces osuvenir bien au chaud. Bisous
    4
    Audrey
    Mercredi 26 Septembre 2007 à 18:54
    ...
    Ben vouiiiiiii un putain de week end apparement !! :) La conversation avec le Mickael : excellent!!! ;) T'as du être toute émoustillée après un truc pareil!
    5
    Mercredi 26 Septembre 2007 à 21:05
    ...
    Emoustillée, non... Heureuse et pleine de reconnaissance oui ^^
    6
    Audrey
    Jeudi 27 Septembre 2007 à 00:29
    ...
    Nan mais grave. Reconnaissante c'est le mot. Ca doit faire plaisir... rien que pour ça le concert restera gravé dans ton ptit coeur de ptite fan ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :