• "Peur d'avoir peur"

    5 mai 

     

    "J'avais laissé des miettes
    Pour mieux me retrouver
    [...]
    Dispersé
    J'étais trop dispersé
    Dispersé
    Dis, puis-je encore me rassembler ?"

    Dispersés/Eiffel

    Commet on fait quand on a l'impression d'être un miroir brisé en mille morceaux alors qu'on veut se montrer entière face à quelqu'un?

    Doit-on l'autoriser à nous aider à ramasser ces petits morceaux épars que l'on a dispersés? La confiance, les sourires, les joies, ...

    Comment réapprendre à faire confiance à quelqu'un... Alors que l'on a aucune confiance en nous-même?

    On dit qu'il faut essayer pour voir si on s'est trompé..

    Mais de désillusions en désillusions, la confiance, le moral, l'espérance en prennent un sacré coup...

    "On se dit oui, se dit non, on se pose des questions..."

    Je n'ai que des questions sans réponses

    Des indécisions , des "peut être"

    Des "et si...?"

    C'est quoi la recette pour se laisser porter?

    Comment faire pour être désinvolte?

    Pour ne plus avoir peur d'avoir peur...

    Prendre les choses comme elles viennent, ne plus chercher à anticiper, ne plus chercher à tout contrôler : ses émotions, ses sentiments, sa vie...

    C'est bizarre les sentiments. Comment le coeur s'emballe pour une phrase, pour un mot. Et comment la raison nous ramène ensuite à la réalité avec ses doutes, ses questions... Qui "freine" l'imaginaire, par peur de se faire des illusions et de souffrir... encore...

    La raison mutile les rêves...

    OU SONT PASSES LES REVES ?

    On se dit tu, se dit vous, se dit nous c'est pour de bon
    On se dit oui, se dit non, on se pose des questions
    On se dit tout, se dit rien, on s'attrape par la main
    On se bouscule, à la fin, on bascule dans le ravin

    On se réveille un matin, on a du sang sur les mains
    On se souvient plus de rien, on a juste du chagrin

    Alors, où sont passés les rêves ?
    C'est la vie qui les vole, et qui nous les enlève
    Alors,
    où sont passés les rêves?
    C'est la nuit quand on dort, qu'ils reviennent à la traîne

    On se maquille la figure, avec de la confiture
    On ressemble à des bonbons, qu'on écrase sur les murs
    On avance à reculons, c'est la faute à la pression
    On ne fait plus attention, à nos amis qui s'en vont.

    On se réveille un beau jour, on n'a plus peur de l'amour
    On se dit que c'est trop court, pour en avaler toujours

    Alors, où sont passés les rêves?
    C'est la vie qui les vole, et qui nous les enlève
    Alors, où sont passés les rêves?
    C'est la nuit quand on dort, qu'ils reviennent à la traîne...

    Mick est tout seul


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :