• Je viens de recevoir un mail d'une amie qui lit ce blog régulièrement.
     
     
    Nous nous entondons bien, mais nous ne nous connaissons pas vraiment, malgré des études partagées. Et pourtant, apparemment, nous avons des choses en commun...
     
     
     
     
    Elle m'a parlé du fait que l'on peut se sentir proche de quelqu'un par ses écrits, ses sentiments traduits sur écran, sur papier aussi.
     
     
    Car on n'a pas forcément besoin de connaitre TOUS les goûts et les couleurs de quelqu'un pour s'en sentir proche. On peut lire quelqu'un, et se rendre compte que cette personne ressent les mêmes choses que soi, et ainsi se dire "wouaa mais j'suis pas la seule en fait à ressentir ça...".
    Oui, je sais, ça fait... égoïste et/ou égocentrique de dire ça.
     
     
     
    Mais lorsqu'on ne va pas très bien, on a l'impression que le monde nous persécute ("et on se doit de persécuter le moooonde" comme dirait Timon dans "Le Roi Lion".. ahah ^^). Dans ce cas là, il n'est pas facile de relativiser et de penser qu'il y a plus malheureux que soit. Il faut digérer les évènements d'abord, se lâcher, faire sortir le mécontentement, la tristesse, la déception et autre rancoeur par des mots, des gestes, des larmes. Ça ne vient pas tout de suite. On a donc une réaction, une attitude un peu égoiste ou égocentrique à ce moment là avec nos "mais pourquoi ça n'arrive qu'à moi, j'en ai marre de rien réussir, pourquoi j'ai pas de chance, pourquoi les autres et pas moi, ..."
     
     
    Alors, voir (et lire) quelqu'un qui ressent les mêmes choses, vit les mêmes tourments que nous... ça aide, je pense. Du moins, ça soulage. On se sent moins seul.
     
     
    Comme on dit, "l'union fait la force" !
    Lorsqu'on est accompagné, ou que quelqu'un partage nos pensées, nos sentiments, on est en confiance. Et on arrive à trouver la lumière qui fait qu'on va s'en sortir, qui nous montre qu'il ne fait pas si gris dehors (oué ouki en ce moment il pleut tout le temps mais je veux dire dans votre esprit, les gens ^^).
     
     
     
    Ressentir l'indicible.
     
     
     
    Au moins les blogs, livres et autres supports de l'écrit "mylife.com" permettent ce genre de choses : se rendre compte que nous ne sommes pas les seuls à ressentir ce mal-être incompréhensible et parfois indicible.
     
     

    9 commentaires
  •  Trouvée sur le blog de Gawou :

     

    "Il y a toujours mille raisons pour s'enfermer. Sortir est beaucoup plus difficile." 

     

    (extrait de Les déferlantes, Claudie Gallay. Editions du Rouergue. (La Brune). 21,50 euros. Il FAUT que je le lise).

     

     

     

    Cette phrase résume tout à fait  ce que je suis. Ce que je suis depuis... 2 ans, bientot.

    Je me suis enfermée, délibérement. Clic-Clac.

     

    Mes sentients, mon coeur, mes envies, ma folle-attitude.

     

     

    Je n'arrive plus du tout à me lâcher. Je n'y arrive plus. J'ai pourtant quelqu'un d'adorable qui me soutient. Mais c'est plus fort que moi, je me renferme.

     

    Je ne sais pas ce que je veux. Je veux tout et son contraire. Rien ne me satisfait. Je recherche la perfection alors qu'elle n'existe pas, je le sais pertinnement.

     

     

    Alors je hurle en dedans, je me contient.

    Je souris quand même aux petites choses et aux êtres qui le méritent.

     Mais j'ai toujours aussi peur.

     

    Peur de mes décisions, peur qu'elles blessent, peur qu'elles ne soient pas les bonnes.

    Peur de les regretter.

    Alors je n'en prends pas, ce qui est pire. Je reste indécise, "le cul entre deux chaises" dirait Mademoiselle K.

    Je ne suis sûre de rien.

    Même pas de mes sentiments.

     

     

    Je n'arrive pas à garder les gens près de moi. Il y'a toujours une parole ou un geste qui m'échappent et qui les éloignent de moi.

    Pourtant j'essaye de m'en corriger, tous les jours. J'essayer de trouver le bouton "medium" dans mes réglages.

     

    Mais rien n'y fait.

     

    Mon côté girouette/balance qui-ne-sait-pas-ce-qu'elle-veut soûle les gens.

     

    Alors j'ai envie de disparaître. De m'enterrer et de laisser passer l'orage qui gronde en moi, histoire qu'il ne touche pas ceux à qui je tiens.

     

     

    Parce que ma plus grande peur..

     

    C'est de finir seule .

     

    Comme beaucoup, je crois.


    4 commentaires
  • J'ai ENFIN fait mes comptes rendus de concerts sur mon blog Let's Rock.

     

    Les photos de mon ami Snoop' viendront accompagner les articles... dans quelque temps ^^


    votre commentaire
  • L'air est lourd. La chaleur moite et invisible s'abat comme une couverture très épaisse sur moi. Allongée dans l'herbe, ma casquette de Gavroche posée négligemment sur mes cheveux, je goûte au plaisir d'un long week-end.

    Les nuages noirs s'amoncellent là-bas, à l'ouest. L'orage approche... Paradoxalement, cela m'apaise.

     

     

    Un léger souffle chaud vient parfois tourner les pages de mon livre ouvert.

    Pour une fois, je laisse faire. Je ne prends pas le livre pour le caler à une page précise, en le retournant. Je préfère laisser faire le vent, qui fait perdre le fil de l'histoire, puis nous laisse la reprendre.

    Les pages tournent... Comme autant d'histoires qui, alors, appartiennent au passé. D'autres histoires sont là, derrière, attendent d'être lues. D'être vécues.

     

    <?xml:namespace prefix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" /><o:p> </o:p>

    Ce week-end, j'ai essayé de ne pas me poser de questions. Et, à part pour une soirée, j'y suis arrivée. Le contexte musical du festival a beaucoup aidé, je pense.

    Je me suis mise en "pause", un peu déconnectée du monde, oubliant même parfois quel jour on était.

     

    <o:p> </o:p>

    Mais même. J'ai réussi à toucher du doigt la plénitude et la sérénité.   

    <o:p> </o:p><o:p></o:p> <o:p></o:p> 

    Et ça, combiné à d'autres choses, ça fait du bien.


    3 commentaires
  • (Je mets ici l'article déjà présent sur mon blog photo, Clin d'oeil)

     

    J'ai participé pour la première fois au Swap littérature jeunesse  organisé par Gawou et Mélanie  (cf ici à   http://swapjeunesse08.canalblog.com/)

     

     

    Ma Swappeuse, sandrine-coux3, m'a beaucoup gâtée !

     

     

    J'ai reçu La petite fille et l'oiseau de Nathalie Novi, chez Didier Jeunesse.

     

    L'histoire d'une petite fille qui ne se sent pas à sa place au milieu des gens, et sa rencontre avec un oiseau, dans une cage posée sur un piano, qui va lui donner envie  de chanter... A la fin se trouve les « coulisses » du livre, avec les premiers croquis du livre, sur quelle histoire s'est basé l'auteur, etc.. Un très bel album, avec des textes et des images sensibles, en bref un ouvrage qui m'a beaucoup plu...

     

     

    J'ai reçu aussi un beau marque page par Jessica Galbreth, la célèbre illustratrice de fées et autres magnifiques (et sensuelles oui...) sorcières, avec une carte de la même illustratrice.

     

     J'ai également eu un très beau carnet, que j'avais déjà repéré dans une boutique gothique à Lyon, dans le vieux quartier St Jean... Un carnet lourd, aux couvertures... Je ne saurais dire la matière, une sorte de plastique dur et froid, épais, limite comme du métal... et au toucher imitation bois ! Je re-regarderais pour tenter de vous le définir ^^ Il y a même un stylo, représentant une fée, aimanté à l'avant du carnet ! Moi qui aime écrire... C'est par-fait !

     

    Donc merci BEAUCOUP à ma Swappeuse ! Elle a très bien su répondre à mes attentes et coller à mes goûts pourtant éclectiques !


    5 commentaires